Qu’en est-il des mentalités aujourd’hui vis-à-vis des « rebelles » de la course à pied ?

Léa Rougeau (« Léa qui court » sur les réseaux sociaux) a voulu courir le marathon de Nantes en sandales minimalistes, tout d’abord parce qu’elle aime les sensations de la course naturelle et parce qu’elle voulait aussi prendre la température des gens vis à vis du minimalisme.  Qu’elles ont été les réactions des autres coureurs et du public? Qu’a t-elle ressenti? 

Cela fait maintenant quelques années que le minimalisme s’est installé en France, timidement au début puis en force depuis une bonne année.
Il est aujourd’hui à nos pieds et dans nos têtes. Pour ceux qui le pratiquent, il est ô combien plaisant de croiser des gens avec des Vibram Five Fingers, des chaussures minimalistes ou des sandales minimalistes aux pieds lors de sorties ou courses officielles. Les liens se tissent vite dans la course à pied et l’expansion des chaussures minimalistes, sous son air anarchiste, offre un lien encore plus étroit entre les coureurs.

Qu’en est-il des mentalités aujourd’hui vis-à-vis des « rebelles » de la course à pied ?
C’est une question qui me taraude depuis quelques mois… A l’heure où les reportages et articles fleurissent sur le sujet, il était temps pour moi de tâter le terrain (c’est le cas de le dire) pour voir ce qu’il en est réellement. Je me souviens de mes premières sorties en Vibram Five Fingers il y a quelques années puis de mes courses officielles en chaussures minimalistes. Les regards inquiets s’accompagnaient souvent de réflexions, d’incompréhension et seulement parfois de quelques compliments et échanges constructifs. Globalement, je ressentais un avis négatif sur cette pratique, voire un refus catégorique d’en apprendre un minimum sur le sujet.

Les Five Fingers sont prêts!

Novembre 2017, je décide de m’inscrire au Marathon de Nantes qui aura lieu le 22 avril prochain. Même en tant que traileuse passionnée de Nature et du silence qui l’accompagne, j’ai toujours voulu vivre l’ambiance d’un marathon ne serait-ce qu’une fois et, de plus, il s’inscrivait parfaitement dans mon plan d’entraînement pour le 90km du Morbihan deux mois après. Je me suis également dit que ça serait l’évènement parfait pour un « état des lieux ».

22 avril 2018. J’ai décidé d’amener avec moi mes plus fidèles outils :mes sandales minimalistes. Les sandales du GR20, de tous les jours, qui tiennent le coup depuis plus de 2 ans maintenant et qui ne sont pas prêtes de rendre l’âme (Amuri Z trek de Xero Shoes pour info). Des regards, des sourires, une bonne ambiance festive en ce dimanche printanier. Ca va être une belle journée.
Des inconnus m’abordent alors que j’attend mon tour pour le pipi pré-course, des connaissances me demandent encore comment je fais pour courir avec ça et d’autres encore lèvent leur pouce en me voyant… Ca réchauffe le coeur.

Sandales minimalistes course sur route
Léa qui court en action avec ses Xero Shoes aux pieds

Au lieu de vous narrer chaque instant de la course, je vais dresser une liste des échanges que j’ai pu avoir durant ces 42,195km et qui ont fait que cette journée était magique.

SUR LA LIGNE DE DEPART :

– Une dame m’a fait part de son admiration.

– Un monsieur m’a dit qu’il courait lui aussi en chaussures minimalistes et que depuis il n’avait plus mal au dos.

– Des dizaines de regards en direction de mes pieds, des sourires et des encouragements.

SUR LE PARCOURS:

– Un homme, avec qui je discute pendant quelques kilomètres, veut connaître mon parcours et mes conseils pour une transition réussie.

– Je croise aussi la route de ceux qui se posent des questions sur leur santé et sur leurs pieds et qui en savent pas mal sur le sujet.

– Ceux qui ont regardé les reportages et lu les articles élogieux sur le sujet.

– Ceux qui pleurent car ils ont mal aux pieds et qui me regardent et me félicitent.

LES BLAGUES:

– La classique :  » Vous avez oublié vos chaussures Madame? »

– L’innovante : « Vous achetez combien de paires de pieds par an? »

– La spéciale marathon : « Ah vous courez le relais vous! »

– Celle qui me fait toujours rire : « Vous courez comme un pied. »

– La réchauffée : « Vous n’avez pas mal aux pieds avec ça ? »

LES RAVITOS ET LA LIGNE D’ARRIVEE :

– Des bénévoles qui m’arrosent les pieds et me souhaitent bon courage.

– D’autres qui me disent qu’ils connaissent 5doigts.fr avec un grand sourire.

– Des gens qui paraissent étonnés de me voir finir mais qui viennent me féliciter.

– Des tapes sur l’épaule comme pour dire « bien joué! »

Tous ces petits moments qui se sont succédés m’ont fait oublier à quel point je n’aime pas la route et m’ont surtout permis de dresser un constat : les gens sont ouverts, respectueux et sont surtout plus renseignés qu’avant sur le minimalisme. C’est peut-être bête de l’écrire mais que ça fait du bien de s’en rendre compte au contact des gens. Globalement, tout le monde s’encourage, se sourit, s’aide lors des courses officielles et c’est ce qui fait la beauté de la course à pied : tout le monde court seul mais avec tout le monde.

Ce jour-là j’ai trouvé ce que j’étais venue chercher : de la chaleur humaine, de la solidarité, une bonne ambiance et aussi et surtout les réponses à mes questions.
L’important n’est pas d’avoir un avis positif unanime sur le minimalisme mais bien une ouverture d’esprit et du respect pour ceux qui le pratiquent. Avant, trop de gens critiquaient sans réellement savoir de quoi ils parlaient et assaillaient de critiques, aujourd’hui cette tendance s’est inversée (il reste des exceptions à la règle car sinon c’est pas drôle). Ceci-dit, il faut que ça soit la même chose dans l’autre sens même si on sensibilise !

Le minimalisme avance et aujourd’hui je suis fière de constater que non seulement il est accepté mais qu’il prend également du terrain dans la vie des gens.

Léa Rougeau et ses sandales Xero Shoes Amuri Z-trek
Léa Rougeau et ses sandales Xero Shoes Amuri Z-trek

Je tiens à remercier l’équipe 5doigts.fr qui était présente pour m’encourager tout au long du marathon. Un gros big up à eux, à mon amour, ma famille et mes amis pour leur soutien.

N’hésitez pas à partager vos ressentis, expériences et avis en rapport avec l’avancée du minimalisme, on vous lira avec plaisir !

PS: Retrouvez Léa sur sa page Facebook « Léa qui court »  pour des trails, des voyages, du Yoga, de l’escalade et surtout beaucoup d’amour et de fun
! 🙂

Mónica Lacoma (10 Posts)


Articles qui pourraient vous intéresser

2 commentaires

  1. Voilà quelques années que je suis passé en VFF « du jour au lendemain » suite à des blessures répétitives mais aussi suite à la lecture d’énormément de tests, d’avis sur la pratique et aujourd’hui j’aurais énormément de mal à remettre des chaussures « traditionnelles ». Au point que même au travail je suis en VFF la plupart du temps.

    Mais je confirme que depuis quelques temps, les mentalités changent, les gens sont moins « surpris » de voir mes chaussures de « hobbit », il y a également plus de sourire, de questionnement. Les gens s’y intéresse positivement alors qu’avant j’avais plus droit à des sourcils froncés et petits rire moqueurs.

    Depuis peu je croise davantage de gens en minimaliste. Aussi bien en course mais également au quotidien. Quelle ne fut pas ma surprise au travail de rencontrer une famille entière en VFF qui se promenait. Et que dire de leur petite fille terriblement mignonne avec ses orteils tout colorés <3

    Bref, les mentalités semblent s'ouvrir et c'est tant mieux 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.