Guide de course

PLAN DU GUIDE :

Connaître ses pieds

Programme 2 semaines

Tester sa course

Plan d’entrainement/Conseils

 

POURQUOI ECRIRE CE MANUEL?

 Cela fait plus de 75 ans que Vibram est le leader incontesté dans le domaine de la performance et de l’innovation. Le fondateur de l’entreprise, Vitale Bramani, qui était originaire de Milan en Italie, a développé la première semelle en caoutchouc pour les chaussures de montagne ce qui a modifié le mode de déplacement de milliers de personnes sur la terre : monter et descendre sont devenus une expérience différente.

L’expérience de guide de montagne et d’alpiniste dans les Alpes Italiennes de Vitale, ainsi que son souci de la sécurité, l’ont convaincu de la nécessité de créer des semelles en caoutchouc très performantes dans l’industrie de la chaussure.

 La suite est sans aucun doute ce que l’on appelle une «success story»: des années de recherche et la production de millions de semelles pour les meilleures chaussures de l’industrie ont amené Vibram à son étape suivante. En 2001, Vibram a commencé à faire de la recherche et à tester un concept unique dans son laboratoire créatif de Milan, en Italie. Le résultat a été une autre innovation qui a révolutionné l’industrie: une semelle et une chaussure qui permettent au pied de fonctionner et de bouger naturellement, comme si le pied était nu. En 2006, Vibram FiveFingers était né.

Vibram FiveFingers défie le paradigme de la chaussure conventionnelle. La semelle fine, flexible et déstructurée permet au pied de plier et de fléchir. Les cinq orteils sont séparés, tout comme c’est le cas pour nos pieds! Les caractéristiques de FiveFingers font de chaque étape une leçon au niveau de la texture, de la température et de la biomécanique. L’équipe Vibram savait d’avance que les pionniers qui allaient découvrir ce produit s’embarqueraient dans un voyage similaire d’éducation et de découverte.

 Depuis le lancement de Vibram FiveFingers en 2006, beaucoup d’efforts ont été nécessaires pour introduire le concept de la chaussure et de la course minimalistes en particulier dans la culture populaire. La recherche sur la course pieds nus, le livre best-seller du Christopher Mc Dougall « Born to Run » et une communauté d’utilisateurs FiveFingers en régulière progression sont seulement quelques-uns des éléments qui ont poussé les consommateurs à mettre leurs chaussures de côté, à chausser des FiveFingers et à commencer à bouger. Par conséquent, la course pieds nus/minimaliste a engendré un débat public récurrent dans les journaux, les magazines et les sites Internet contemporains.

 La question posée est de savoir s’il faut s’engager dans ce type de courses minimalistes pieds nus? En vérité, une approche unique n’existe pas, le problème est sans doute bien plus compliqué que cela. Cependant, en notre qualité de leaders renommés de ce mouvement, nous voulons vous donner l’envie d’essayer Vibram. Nous espérons que ce guide vous aidera à découvrir comment VOUS pouvez revenir en toute sécurité aux racines naturelles du mouvement.

Notre guide de la course vous présente une sélection émanant de la recherche scientifique et de preuves anecdotiques issues de plus de six ans de vie dans des Vibram FiveFingers.

Vibram pense que le mouvement et la course en FiveFingers peuvent améliorer notre santé et nous donner plus de connexions avec notre corps. Nous vous invitons à nous rejoindre et à explorer les joies de la course naturelle.

 Vibram souhaite remercier l’équipe d’essai de Vibram, le D.Daniel Lieberman, professeur d’anthropologie biologie évolutionnaire et le D. Nicholas Campitelli, DPM pour leur soutien et leurs conseils pendant la rédaction de ce document.

11 commentaires

  1. Il m’a été dit par une vendeuse de magasin de sport que ce type de chaussure pouvait causer des dommages importants notamment au tendon d’achille car si l’on démarre la marche ou la course par le talon, cela aura des répercussions « dramatiques » sur cette partie du corps ?! que faut-il en penser ?. Peut-on utiliser ce type de chaussures pour de la marche en sentiers ? Il semble que 2 type de semelles exsistent selon l’utilisation, laquelle choisir ? Merci de votre réponse.

    1. Bonjour, merci pour votre commentaire qui permet d’ouvrir ici un débat sur les sollicitations induites par la pratique du minimalisme. De part notre expérience, et celles rapportées par d’autres coureurs dans ce blog, nous avons pu constater qu’une foulée medio et un entrainement spécifique avec des chaussures minimalistes permettent une reduction significative des douleurs articulaires (notamment pour des personnes ayant des douleurs aux genoux post activité – Voir articles Eduardo, Julien notamment). Cependant, nous avons aussi pu constater qu’en début de « transition » des coureurs souffraient de tendinites aux genoux ou aux chevilles. Ces cas de tendinites nous ont été rapportés suite à des transitions brusques (changement total de chaussures maximalistes vers minimalistes), et des volumes d’entrainements en minimalistes importants.
      C’est pour cela que nous parlons souvent de l’importance d’une progressivité dans la transition. Ensuite, pour ce qui est des « répercutions dramatiques », effectivement un travail sur la technique de foulée doit être fait pour obtenir une attaque sur le sol avec l’avant du pied… Rien de bien sorcier, quelques minutes après chaque entrainement, on chausse ses minimalistes et on trottine pour récupérer de sa sortie tout en travaillant sa foulée. Petit a petit le coureur augmente ses temps de travail technique jusqu’à réaliser des sorties complètes. La marche peut être un bon moyen de prendre confiance en ses chaussures et aussi de renforcer sa plante des pieds (sur des sentiers par exemple, ça peut être très agréable). Par contre, cela ne remplace pas un travail de foulée en allure « course à pieds » et non marche.
      Enfin le type de semelle… Tout dépend de votre utilisation ! Des semelles outdoor sont vraiment mieux adaptées à une utilisation tous terrains avec une accroche bien supérieur grâce aux crampons.. Cependant si les crampons sont utilisés sur de longues portions route, ils s’useront plus rapidement !
      J’espère avoir répondu à vos questions, n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques, inquiétudes et expérience !

    2. Bonjour ESCALLIER,

      J’avais les mêmes interrogations que vous avant de passer au minimalisme. Ce qu’il faut retenir c’est qu’il faut y aller doucement, très doucement, car pas mal de nouveaux coureurs minimalistes ont fait l’erreur d’y aller trop vite, en passant directement des baskets aux minimalistes, ce qui peut entraîner de vives douleurs au tendon d’Achille, mais pas que… Le mot clé est donc la progressivité ! C’est comme toute nouvelle pratique, il y a un temps d’adaptation ( ça peut aller de 6 mois à 2 ans pour la foulée médio-pied suivant le parcours de la personne). Il y a aussi tout un travail de technique, car il ne suffit pas de poser l’avant du pied en premier, il y a un travail de posture, de cadence, de proprioception, car cette pratique ne modifie pas seulement la foulée, elle NOUS modifie au niveau musculo-squelettique, postural (j’ai cette sensation d’avoir changé de corps pour dire…). Pour ma part, j’avais des problèmes de genoux et des douleurs au dos lorsque je courais avec des baskets « lambdas » (dira t-on), et, même si ma transition n’a pas été sans embuches, cela m’a aidée à ne plus ressentir ces douleurs, mais mieux encore à me sentir légère comme un plume (car avant j’avais la sensation de « taper » le sol avec mes pieds, avec mon corps). Tout ça pour dire que bien évidemment il y a des risques de se blesser, surtout au niveau du tendon d’Achille, mais il faut y aller en douceur et prendre tous les renseignements possibles et astuces auprès de professionnels ou de coureurs qui ont fini leur transition.
      Pour ce qui est des semelles, je rejoins Arthur Viret sur ses propos.
      Voilà, j’ai certainement omis de préciser ou de citer certains points, mais j’ai répondu selon mon expérience et ce que je sais, j’espère vous avoir aidé(e) à y voir un peu plus clair. En espérant vous savoir bientôt parmi les coureurs minimalistes!
      Une très bonne journée à vous!

    3. Attaquer par le talon en courant est de toute façon plus traumatisant pour le corps que de courir sur l’avant-pied. Même avec des chaussures très amorties.
      La marche est moins problématique car il y a toujours un pied qui reste en appui au sol.
      Le mieux que tu puisses faire c’est de lire les ouvrages de Frédéric Brigaud sur la « Course à pied » et de « Guide de la foulée avec prise d’appui avant-pied ». Très didactiques et faciles à mettre en pratique.

  2. De part mon expérience ( 3000kms ) en 2ans avec des minimalistes. … C’est juste que du bonheur ..aussi bien sur route qu’en trail.
    Alors que je m’apprêtais à ne plus courir du tout ,
    après quelques kms d’adaptation, plus jamais je ne mettrai des chaussures ( normal ) avec amorti. Plus de douleur au niveau des genoux et encore moins au niveau du dos ….
    Il faut juste parcourir entre 20 et 40kms ( 7 à 10km/h ) tranquillement au debut pour pouvoir se lancer .
    Après c’est le top des top ????????
    Si il vous faut un conseilleurs de l’est de la France. …je suis là ????
    Courir avec vibram c’est être LIBRE ????

      1. Personnellement j’utilise les Saucony du site 5doigts. Après ce qui est important c’est surtout d’y aller progressivement en descendant le drop et l’épaisseur de semelle, tout en adaptant sa charge d’entrainement à la nouveauté « technique »!:)

  3. Bonjour à tous. Personnellement pour être passé directement de la basket traditionnelle à la Vibram, la transition à été difficile. Mais surtout 2 mots: patience et progressivité. Et maintenant c’est du pur bonheur

  4. Pareil, l’essentiel est la transition progressive. Dans mon cas environ 6 mois pour faire 10-20 Kms. 1 an pour faire du 100% barefoot… Avec des five fingers et des inov-8.

Laisser un commentaire