De l’envie à la passion

Léa.

Age : 20 ans.

Taille : 1,70 mètre.

Poids : 53 kg.

Ca a commencé avec une envie. Une envie de me sentir plus en forme et de perdre du poids. J’ai décidé d’enfiler mes baskets et d’aller combattre ma sédentarité avec ma volonté sous le bras. Quelques mois plus tard, j’avais changé mon alimentation et perdu une dizaine de kilos, et malgré la fierté d’avoir atteint mon objectif, j’ai continué à courir sans me soucier qu’une passion commençait à germer en moi. C’est avec un an de pratique (et 15 kilos en moins) que j’ai commencé à me renseigner sur la course à pied, j’ai épluché tous les sites internet en quête de conseils pour progresser.  Mais rien ne me motivait, alors j’ai décidé de m’inspirer de la nature et de ce qu’elle avait à m’offrir, la liberté.

11160659_10206087899510265_139962436487544998_n

Jusque là je chaussais mes baskets sans me soucier de ce qui allait devenir, quelques mois plus tard, mon outil, mon billet première classe pour un voyage au plus profond de moi-même : mes pieds. C’est au moment où mes genoux et mon dos ont commencé à me faire souffrir que j’ai découvert ces drôles de chaussures qui épousent la forme des doigts de pieds. J’ai pu entrevoir derrière ce concept une réelle logique et j’ai fini par me dire « Pourquoi mettons-nous des baskets alors qu’on nous a mis des pieds ? ». C’est comme ça que j’ai compris que cette pratique se calquerait à la vision que j’ai de la course à pied, la sensation poignante de liberté, de légèreté, c’est comme si je m’étais soudainement mise à danser, à fusionner avec la nature en ressentant tout ce qui se passait sous mes pieds : les petits cailloux, les morceaux de bois qui craquent… Ca a pris tout son sens aussi au moment où j’ai vu mes douleurs s’estomper.

IMG_8828

Je suis actuellement à 11 mois de pratique minimaliste, et je n’ai jamais été aussi sûre de mon choix de transition. La nature offre une sensation de bien-être qui, personnellement, va au-delà de celle que procure la route. Je ressens au plus profond de mon corps les bienfaits de cette pratique, car outre ma métamorphose mentale, mon corps a changé. Il s’est affiné, affuté, les muscles se dessinent de manière profonde, mon squelette s’est adapté et s’est modifié à certains endroits ; et mes pieds, forts et flexibles, me donnent cette divine impression que toutes les parcelles de mon corps travaillent en harmonie. J’ai également développé une volonté à toute épreuve et j’ai senti naître en moi la perpétuelle envie de me dépasser.  Voilà, ça a commencé comme ça,  avec une envie,  et ça s’est terminé en passion.

lamapix_12712670

Mes objectifs ? Pour l’année 2016, j’aimerais continuer à progresser et pouvoir faire des trails de 30-40 kilomètres. Plus généralement, faire des trails à travers le monde pour finir sur les ultras comme la Diagonale des fous sur mon île natale, La Réunion ; et l’UTMB par exemple. En fait, je compte courir en minimalistes (et en huaraches) toute ma vie !

Niveau alimentation, je suis dans une transition vers le végétarisme, ce qui contre toute attente, améliore mes performances.

Quelques courses ?

Première course officielle « En course contre Ebola » (mai 2015) : 10km en 51’22 (5e féminine)

Kilian’s Classic 10km en montée : (juillet 2015) 1h10 en minimalistes (1er espoir) en VFF.

10km « Flu’Autisme » (septembre 2015) : 45’30 (1er espoir et 4e féminine) en Vivo Barefoot.

Semi-Marathon de Tournefeuille (octobre 2015) : 1h50 (1er espoir) en VFF.

J’ai actuellement 10 courses à mon actif, certaines à Toulouse, d’autres à l’île de Ré ou à La Réunion. Actuellement, je ne coure qu’en minimalistes ou pieds-nus et je suis sur des distances de semi-marathon.

11722354_10206235456279092_2594099151004977722_o

Arthur Viret (74 Posts)


Articles qui pourraient vous intéresser

19 commentaires

    1. Il est difficile de lâcher ses baskets avec tout ce qu’on entend maintenant et depuis des années! je l’ai fait sans aucun regret et je m’en porte mieux!
      Il est tout à fait possible d’essayer de courir pieds nus quelques minutes (vraiment quelques minutes) au début pour voir ce que ça fait, parce que le travail musculaire n’est pas le même!
      Les chaussures minimalistes sont faites pour protéger le pied tout en ayant la sensation de courir pieds nus. Attention, si tu décides de t’y mettre, il faut y aller très doucement !
      N’hésite pas à essayer Mondy !

  1. Salut sympas ton article et félicitation pour ton palmarès !
    Jason, 20 ans traileur long, chaussures HOKA
    J’ai un petit problème au niveau des genoux ça me tire quand je cours…je vais faire des examens pour définir le problème..

    Ma question est comment es ce que je peux faire cette transition de HOKA aux minimalistes tout en m’entrainant régulièrement pour du long ?

    Sportivement

  2. Merci Léa pour ce témoignage.
    Cela fait du bien de savoir qu’il existe d’autres passionnés qui partagent cette vision « naturelle » de la course à pied. Personnellement, j’ai découvert le minimalisme après 10 de running route et quelques trails. Cela décuplé mon plaisir de courir et, pour répondre à Jason, je dirais que je me suis un peu trop enthousiasmé. Une blessure au tendon d’Achille m’a obligé à reprendre une transition lente.
    En fait, je dirais qu’il faut ré-apprendre à courir et donc, qu’il faut repasser les étapes 1 par 1, quelques km ->10km->semi->trail court-> … le tout sur des mois.
    Après, il est aussi fort possible que l’age joue un rôle sur la durée de transition (je ne joue pas vraiment dans le même catégorie que léa :-))
    Encore bravo et bonne continuation !

  3. Bonsoir bonsoir !

    Pour répondre à Jason, je rejoins les propos d’Eric: on ré-apprend à courir… effectivement on est tous novices lorsqu’on décide de passer à une foulée minimaliste. Il faut être progressif et y aller très lentement, par exemple commencer par 5min ou 10min. Au début on a tendance à être trop gourmand, impatient… c’est comme ça qu’arrive les blessures (le corps ne travaille pas de la même façon, tu le sentiras au plus profond de tes mollets haha). Après tout dépend de ton profil: depuis combien de temps cours-tu? as-tu une attaque talon?

    Merci Eric pour votre message c’est toujours un plaisir de partager cette passion de la course et de la nature. Ca fait longtemps que vous courrez en minimalistes? C’est vrai que c’est autre chose et que ça décuple le plaisir comme vous dites. Merci pour ces encouragements, au plaisir de vous croiser un jour sur les sentiers !

    1. Hello léa,
      J’ai commencé le minimalisme au printemps 2012 avec des NB MT00. Et après l’été, j’ai ressenti une douleur au tendon d’Achille (transition trop rapide !) et j’ai du reprendre des chaussures avec du drop. Du coup, j’ai alterné les 2 en fonction des sensations et distances jusqu’à cette année. Depuis plusieurs mois, je n’utilise que des minimalistes (et j’ai achevé mes NB favorites, snif !). Je vise de refaire l’écotrail 80km en Mars prochain.
      A propos de chaussures, je regrette que l’offre commerciale des minimalistes soit quasiment inexistante en France, il faut aller sur les sites américains pour avoir des infos.

    1. Qu’entends-tu par avant du pied? Si c’est médio-pied (milieu du pied) alors tu as déjà la foulée minimaliste! En tout cas bravo, à 20 faire des trails longs c’est vraiment super! En espérant que tes genoux finiront par te laisser tranquille !

      1. Je vais déjà courir avec des chaussures plus plate, voir les sensations. Puis on verra par la suite pour du minimaliste ????
        Merci c’est sympas, chacun trouve sa raison de courir !

  4. Super article. Comme toi je suis passé aux VFF et je n’aurais pas pu mieux décrire tout ces changements. Ce bonheur, ces sensations à chaque pas, cette légèreté retrouvée, l’économie d’énergie…

    Sans compter que depuis 2 ans de pratique, je n’ai jamais eu une seule blessure ni même la moindre petite ampoule alors qu’avant je me tordait encore bien la cheville, des douleurs aux genoux, au dos… Certes minimes mais bien présentes.

    Mon corps s’est renforcé, mon équilibre également et aujourd’hui je cours avec une assurance que je n’avais jamais eu auparavant, et ce, même avec des chaussures style Speedcross (même si j’étais très bien avec).

    J’ai rencontré pas mal de gens me disant que le minimaliste c’était bien mais que ce n’était pas fait pour du long. Et bien je tiens à dire que si, on peut très bien faire du long et du très long en minimaliste pour ceux qui en douteraient 🙂

    Matthias Lehmann à toujours bien fini l’UMTB en 31h51 http://leminimaliste.info/matthias-lehmann-finit-lutmb-2015-en-five-fingers-en-31h51/

    Et moi même, qui ne suis pourtant pas un professionnel, j’ai petit à petit progressé et rallongé la distance et le dénivelé pour finalement réussi à terminer (non sans difficulté) un 75km et ses 3000D+

    Certes je perds du temps (surtout dans les descentes hélas), je souffre parfois plus, mes chronos seraient probablement meilleurs avec d’autres chaussures mais le plaisir et la satisfaction ne seraient plus du tout aussi fort.

    C’est bien simple, lorsque je cours en VFF, je me retrouve comme un gosse, je sifflotte, je « joue » avec le terrain, bref je m’amuse bien plus et c’est probablement ça le plus important 🙂

    1. Ouah super parcours aussi !
      Tu décris bien la sensation de changer du tout au tout. Je ne peux pas être plus d’accord avec toi quand tu dis que tu as l’impression d’être un gosse quand tu cours, c’est tellement ça. C’est un peu comme si on retrouvait la sensation que ça faisait de courir étant enfant, comme ça, juste pour le plaisir. Je pensais avoir perdu cette sensation jusqu’à ma transition. Puis si on s’attarde sur comment marchent les enfants, on se rend bien compte qu’ils posent d’abord l’avant du pied!

      Faire passer le plaisir avant les chronos c’est tout à ton honneur, même si je le fais aussi c’est pourquoi j’ai compris chacun de tes mots. C’est sûr on perd du temps en descente mais comme tu dis « le plaisir et la satisfaction ne seraient pas si forts »…. bravo pour tes prouesses sur le 75km et 3000D+ en VFF!

      C’est tout à fait possible de faire du long, je m’entête à le répéter également! C’est d’ailleurs ce que je compte faire… avec plus d’entraînements bien sûr 😉

    1. si j’avais le budget… et le niveau… je n’hésiterai pas une seconde ! C’est certainement très difficile, mais ça sera certainement une aventure humaine hors du commun. Vous la faites ?

  5. Bravo pour toutes ces performances ! Je passe au minimalisme dans quelques jours j’attends mes five fingers en commande. Aurais tu des conseils pour la transition (qui sera longue et délicate sans doute) ou as tu déjà écrit un article la dessus ? Plein de réussite pour la suite, tu as l’air d’être bien partie !!

    1. Salut !

      Merci beaucoup pour ton message.
      Si j’ai des conseils pour la transition… alors tu as bien résumé en disant que ça allait être long et délicat, il faut être patient car on demande à notre corps de se « comporter » complètement différemment. Il faut commencer par des séances très courtes (type 10 minutes) pour habituer petit à petit… Marcher le plus souvent possible pieds nus ou avec les chaussures c’est le top aussi.
      Après je pense que chaque transition est différente car il y a une grosse part qui se fait à la sensation aussi, et au profil du coureur (ça sera plus long pour un coureur qui a « talonné » toute sa vie, que celui qui débute ou qui a marché pieds nus par exemple…).
      Il y a pas mal de conseils sur le site leminimaliste.info , ou encore sur Youtube ou la clinique du coureur…
      En tout cas, n’hésite pas à partager tes sensations et tes sorties !!!!

      Bonne continuation à toi !

Laisser un commentaire