Après le MDS 2014, à l’assaut du Grand Raid de la Diagonale des Fous 2014 en Huaraches

Numéro 140, ça y est le dossard pour la diagonale des fous 2014 est bien acquis.

diagonale des fous

Je ne peux plus imaginer de courir sans huaraches, même sur la diagonale des fous: tous les terrains, tout temps, près de 10.000 m de dénivelé positif; je suis actuellement entre sérénité, gravité du challenge et conscient du pari fou comme l’est la diagonale. Mais je persévère, entraînement quotidien de 20Kms (en huaraches uniquement, depuis 6 mois,je ne porte plus rien d’autres) et longue sortie hebdomadaire.

fadi_huaraches

Chaque jour j’essaye de rester paisible, concentrer sur la course et sur le challenge: deux courses de l’Ultra Trail World Tour 2014 et en huaraches. A bientôt avec des photos, et un article d’un ami qui a aussi commencé ses randos en huaraches depuis mon retour du MDS, et vraiment un article entre poésie et science anthropologique…

20140704-170233-61353896.jpg

fadi_huaraches2

Fadi Meroueh (2 Posts)


Articles qui pourraient vous intéresser

12 commentaires

  1. Pour ma part, pourtant amateur d’ultra-minimalistes, j’ai eu la faiblesse de me jeter dans une boutique de pompes pour y acheter une bonne paire de Salomon la veille de mon marathon du Mont-Blanc. Pour ma défense, j’avais une douleur tenace sous la tête du 3e métatarsien depuis 1 mois – douleur qui se majorait à chaque sortie longue sur des cailloux. Au point que ma plante des pieds était devenue le facteur limitant de la durée de mes entraînements. Conclusion : je t’admire, car j’ai essayé de faire pareil que toi, mais j’ai jeté l’éponge… Respect 🙂

  2. Arnaud: ce fameux TOFP (top of foot pain) est la signe d’une transition trop rapide, et la suite d’une vie vécu dans chaussures. C’est aussi typique d’une transition vers les chaussures minimalistes (surtout les VFF) sans l’apprentissage qui donnent des kilomètres pieds nus. Bref, même avec une protection dites « minimal » on peu maintenir une foulée inadapté au manque d’amortissement. Mon avis: en absence d’autres minimalistes auprès de se former, il faut faire des distances entièrement pieds nus, pour apprendre de tes propres sensations. Les pieds sont les meilleurs enseignants. Avec une foulée, et avec des os et tissus conjonctifs adaptés, les douleurs disparaissent au fur et à mesure.

    1. Merci pour ta réponse, Andrew. En fait, c’est plutôt un bottom of the foot pain 🙂 Ca ressemble plus à une contusion osseuse directe qu’à la conséquence de contraintes sur le métatarsien. Pourtant je cours aussi pieds nus sur sol dur et parfois en sous-bois, depuis 4 ans (ce qui ne me rajeunit pas, d’ailleurs!). Mais je pense tout de même que j’attaque un peu trop de l’avant-pied, à la recherche de la foulée parfaite.

    2. j’ai en effet cette douleur qui réapparaît a chaque sortie cailloux….au 3ème méta…mais j’arrive à le contrôler; avec le temps la douleur s’estompe…

  3. @ Arnaud : « Mais je pense tout de même que j’attaque un peu trop de l’avant-pied, à la recherche de la foulée parfaite. »

    La foulée parfaite ne se faisant pas en se recevant sur l’avant du pied mais sur le medio-pied voilà pourquoi tu as cette douleur qui persiste. Ah, et il faut penser aussi à poser le talon en fin de mouvement pour soulager les mollets et les tendons. Avec tes Salomon, tu risques d’amplifier le problème parce que tu vas diminuer tes sensation nociceptives.

    Question à Fadi. pourquoi vu la finesse de tes huaraches, ne pas passer directement au pieds nus ? Est-ce en projet ?

    Bien à toi (^^)

  4. sans chaussures c’est bien sûr mon but; mais malheureusement deux expériences avec des bouts de « verres » au gros orteils, je reste au moins avec les huaraches..

Laisser un commentaire