20 heures de Trail, 57 kilomètres, 7 276 mètres dénivelés en VFF Spyridon

Jimmy RIBEIRO
40 ans
600 kms / an

LA CARROS DE FOC 4

J’ai tout d’abord étudié le sujet grâce à de nombreuses vidéos, reportages, témoignages… Il y avait les « pour », il y avait les « contre », les mitigés et comme d’habitude je décidais de ne faire confiance qu’à mon propre avis, à ma propre expérience.
Un matin, je décidais de franchir le pas, un changement radical sans aucun temps d’adaptation et depuis ce jour, je cours en five fingers. Seul signe du changement si soudain, les mollets qui brûlent les premières semaines, par contre mes vieilles douleurs ligamentaires (grands croisés) ont miraculeusement disparues.
J’ai rapidement pensé que cette façon de courir était faite pour moi comme pour tous les autres d’ailleurs. En effet, quoi de plus naturel que de laisser son corps s’exprimer et jouer le rôle pour lequel la nature l’a façonné depuis l’homo erectus.
J’ai tout de même choisi de monter en charge progressivement et cette année 2013 devait être celle de la conclusion. Ma saison a débuté par le trail des citadelles puis le trail des gendarmes et voleurs de temps. Un printemps froid et pluvieux qui a mis à l’épreuve les corps et le mental des coureurs, une année idéale pour qui se transcende dans la difficulté.

LA CARROS DE FOC 2

La Carros de Foc est une de ces courses qui forge les légendes. Sur le papier, c’est 57 kilomètres, 8 800 mètres de dénivelé pour une boucle qui doit relier neufs gîtes de haute montagne en moins de 24 heures. Dans cet incroyable parc naturel d’Aiguestortes, au cœur des Pyrénées espagnoles, ce tracé est le plus technique qu’il m’ait été donné de pratiquer. Le terrain très accidenté par endroit force le respect et les enchainements de pierriers sont fréquents. Un dénivelé plus que généreux met le corps à rude épreuve mais les décors splendides vous rappellent à quel point vous avez de la chance de vous trouver là.
Sur toutes les surfaces, la Spyridon est au rendez-vous, une accroche à toute épreuve grâce au dessin de sa semelle très agressif. Contre toute attente c’est dans l’ascension du col de Contraix et son pierrier monumental qu’elle se révèle la plus redoutable. Sa légèreté et sa souplesse sont de véritables atouts sur les rochers gros comme des voitures et le contact direct à la matière permet au cerveau une véritable « lecture du sol ». C’est là je crois le secret de ces chaussures, elles permettent aux pieds de jouer leur rôle de « détecteurs de texture » et au reste du corps de répondre instantanément et d’adopter le comportement allant en parfaite adéquation avec la situation. S’assouplir dans sa foulée, baisser son centre de gravité, redynamiser son dos et ses bras… En résumé je reprends conscience de l’incroyable puissance d’adaptation de tout mon corps. C’est une révélation ! Mes pieds sont libres et c’est dans cette liberté qu’ils retrouvent leur véritable fonction. Ce jour là ma conclusion était écrite et je suis très heureux de pouvoir partager ça avec vous.

LA CARROS DE FOC 3
Dans cette nature sauvage où nous ne sommes que des oiseaux de passage, la météo règne en maîtresse absolue. C’est une tempête déchainée qui stoppe les coureurs au beau milieu de la nuit et nous oblige à déclarer forfait. Déçu mais résigné, je déchausse pour la nuit. Vivement demain.

Maelle Dumont (9 Posts)


Articles qui pourraient vous intéresser

2 commentaires

    1. Petits soucis de temps excusez moi..
      Suita a une surcharge des courses en Alsace je réfléchis à une date pour 2014 ou si nous la laissons comme prévu le 27 Septembre 2014 ,Philippe de Courir en tête..
      Merci a vous

Laisser un commentaire